La majorité des loyers est déjà conforme au marché, sans excès ! Paris n’est pas la France. Les excès observés dans la capitale et dans quelques villes cotées de la Côte d’Azur sont, au regard du nombre de logements loués dans l’hexagone, une « goutte d’eau ». Certes, une goutte d’eau voyante et véritablement problématique, évidemment, pour les locataires recherchant sur ces marchés, mais remettons les choses à leur juste place. Dans toutes les grandes métropoles françaises, hors Paris, et, a fortiori, dans les villes de taille moyenne, les loyers sont loin d’être excessifs. Malgré tout, ils sont calculés sur la base d’un équilibre que connaissent bien les investisseurs : le prix d’achat doit correspondre à un rendement attendu, compris entre 3% et 6% selon la localisation. Logique : aurait-on l’idée de reprocher aux investisseurs financiers de réclamer un rendement attractif pour se décider à investir ? Idem dans l’immobilier : un loyer avec à un rendement correct est une condition sine qua non pour investir…

Si les loyers sont encadrés demain, ce rendement, en chute libre, détournera irrémédiablement les investisseurs de la pierre avec comme conséquence néfaste « boomerang » de cette baisse du parc locatif, une hausse des prix des loyers…

Président chez JFFR-Conseils